dataetdata

Ta Data Sinon Rien – L’article 20 et l’article 9 c’est pas si grave mec – Pour le Comptoir Digital

J’ai envie de pousser un coup de gueule contre des gens que je ne nomme pas et que je ne connais pas, je peux ? Il n’y a aucun risque ! Je peux juger sans juge !
Article 9 de mon propre code de déontologie, c’est une feuille A4 … Mais c’est déjà ça

Avant de râler sur ce qu’on te prend, prend conscience de ce que tu donnes !

La France est tellement descendue dans la rue pour lutter contre des lois et projets parfois con et parfois pertinents que maintenant, le gouvernement pense qu’on est de son côté et qu’il peut gentiment tenter de passer des projets de loi vicieux et mal attentionnés sous le symbole de la sécurité et donc de la liberté  …

Personnellement, ça ne m’énerve pas plus que ça. Je n’ai rien à me reprocher, ils peuvent tout couper chez moi, ça me fera des vacances … Ils n’auront jamais ma liberté de télécharger … légalement Florent Pagny et Jennifer.

Mais du coup, on parle de quoi ? L’article 20 de la loi de programmation militaire déjà en place ou l’article 9 de la loi antiterroriste ? Les deux mon capitaine …

  • L’article 20 consiste à donner la possibilité à une liste longue comme les bras du géant vert (Fisc, police) de surveiller les communications sous l’appellation « Secret Défense » Le petit NSA Français quoi …
  • L’article 9, lui, permet de couper des sites sans autorisation du juge, « posey » comme dirait la jeunesse.

Avoue que tu commences à baliser, petit internaute ? Tu te dis qu’Hadopi a pris des épinards et à manger de la soupe à la testostérone ?

Mais franchement, à part le fait que nous allons prochainement vivre dans un état ne respectant pas la neutralité du web, capable de couper n’importe quoi et de surveiller n’importe qui en toute impunité, la situation n’est pas si grave.

Le plus grave, c’est toi, Internaute, quand tu lâches des « au secours, on est foutu c’est big brother qui arrive » !!! En criant paniqué sur des lieux où personne ne t’entends comme Facebook …

– Laisse moi jouer à Candy Crush veux-tu … Complotiste va !

T’énerve pas, je t’explique le fond de ma pensée

C’est Montebourg qui va être déçu, tu préfères donner toute la data sur ta vie à Facebook, Instagram, à Google, à Twitter, à Apple, aux USA que les donner à ton propre pays … Tu n’es pas patriote.

Chaque jour, tu te géolocalises au bureau, tu donnes des informations sur ce que tu aimes faire, tu partages les images de tes enfants, tu achètes des objets connectés, tu partages ton installation domotique. Tu partages tous les lieux dans lesquels tu es à l’instant présent ….

Alors franchement, si j’étais cambrioleur, j’arrêterais les filatures en voiture et les planques en bas des maisons à l’américaine, j’achète un ordinateur et je te follow de mon canapé …

Pourquoi tu râles ? Alors ? Tu n’es pas responsable d’un site qui a des intentions douteuses ? Tu ne nuis pas à l’économie Française en vendant de la drogue à l’étranger ? Tu n’es pas Nicolas Sarkozy ? Alors pourquoi on viendrait écouter tes conversations ? et quand bien même on le ferait, qu’est ce que ça change ? Ta vie privée est sur google.fr quand je tape ton nom.

L’état veut juste te piquer un peu de ta liberté, les autres peuvent te voler tout le reste … Alors avant de râler sur les nouvelles lois qui remettent en cause ta grande implication pour la neutralité du web, tu veux pas penser 2 secondes à tes actes d’aujourd’hui ? Ou tu attends encore que des fanatiques t’en prive pour réagir ?

Après, je te l’accorde internaute, ce que l’état est en train de faire c’est pas beau. Profiter de l’ambiance de fraternité (ou presque) pour faire passer l’article 9 (Je rappelle que l’article 20 est passé, lui, tu iras voir sur Wikipedia ce que Décret veut dire)

Mais que veux-tu….

Quand les USA sont menacés, ils font la guerre, quand la France est menacée, elle fait des lois ! C’est comme ça

Ce texte est une chronique issu du Comptoir Digital du 23 janvier 2015, sur Radio Campus Paris, émission au cours de laquelle nous nous interrogions sur les Libertés sur Internet avec Archippe Yepmou, Président d’Internet sans Frontières, et Julie Owono.

Retrouvez l’édito de Stéphane Faveraux sur : Comm des Mots

Vincent3