pensez

Pensez plus pour dépenser moins ! – Pour le Comptoir Digital

Quand on fait de la veille technologique, on chope souvent un énorme mal de tech, bien carabiné, qui ne nous lâche pas. Pour cette chronique, écrite pour Radio Campus dans l’émission  » Le Comptoir Digitale « , j’invite à réfléchir à l’impact des technologies. Las de la survente de certains produits plus qu’inutiles ou sorties dans un seul but  » COMMUNIQUER « . J’invite tout le monde à sortir son cerveau plutôt que son porte-monnaie ! Bonne lecture !

Pour l’émission, j’ai été pris d’un cas de conscience d’une bonne résolution même,

Je me suis imposé de trouver une idée pour la séquence, « c’est nouveau, c’est digital » (Pour ceux qui ne connaissent pas, cette rubrique consiste à présenter ou un concept qui nous a marqué ces dernières semaines. )

N’ayant rien trouvé à force de chercher, j’ai échappé de justesse à la cuite de « Useless Technology ». Expliquons la démarche !

Branle-bas de combat. Direction Google, MOTS CLÉS « INCROYABLEMENT INNOVANT » ou encore « L’idée qui va changer le monde ».

Je suis tombé sur des articles de blogueurs « high-tech » testeurs de smartphones et de tablettes s’essayant au test de la useless technology et autres objets connectés.

Groupies du marketing technologique et victimes de la communication, se définissant comme geeks parce qu’ils ont réussi à finir Snake sur leur 3310 quand ils avaient 14 ans.

Ce genre de personnes sont comme vous et moi, ils ont juste une petite différence, ce sont des early adopters !!! À ne pas confondre avec les early haterz dont je fais partie bien entendu.

Early Adopters ?

Vous savez, ce sont les mecs qui sont en début de courbe de tendances, des ventes de l’horrible powerpoint du directeur market’ ou de comm’, au choix, contenant la stratégie de comm’ ou de market’ sur le nouveau produit ne correspondant à aucun besoin mais forcément indispensable, d’après la PLV, qu’ils vont sortir.

Dans sa recommandation, il préconise avec insistance, de toucher les early adopters pour qu’ils s’extasient et publient sur le nouveau concept!

En criant sur tous les toits au génie de la même façon pour chaque marque pour qui ils écrivent.

Des exemples ? Le Slip connecté, la boule qui prend des photos à 360°, le dernier bracelet qui vous donne l’heure tout en calculant les calories que vous perdez, pour montrer à votre femme le soir que oui vous, au moins, vous faites des efforts.

Mon préféré, ces dernières semaines, c’est le robot qui court aussi vite qu’un homme (TREMBLE USAIN BOLT !!). Pour la petite histoire ce petit robot qui ressemble à un lego technics créé par un élève de 4ème en classe de techno, avec un petit sticker SHARK style Spitfire.

La promesse : Modulable et Open Source, Cela permet à l’heureux acquéreur de ce petit bijou technologique d’améliorer le robot pour qu’il court plus. Dans quel but ? à votre avis ?

Participer à une course de robot qui court … Ce petit robot pourrai pourtant servir à l’armée et sauver des vies (Mais si réfléchissez bien).

Il a pourtant créé un micro-orgasme à certains blogueurs qui y sont allé de leur WHAOU ! ENORME ! ou autre AMAZING !.

À voir trop voir de révolution, on fini par ne plus penser à l’évolution des choses.

Si je me souviens bien, il y a 20 ans, quand j’étais gamin ou même pas né, le moindre petit bout de techno qui sortait était une vraie révolution : miniaturisation, travaux sur les ondes, des technologies qui ont changé quelque-chose dans les mœurs et les usages.

Quand on regarde les progrès de l’époque, c’était hyper moche, la tête d’ingé ringard posant fièrement à coté de son maxi microprocesseur dans PC Magazine

Aujourd’hui, tu fais un produit design, tu lui donnes une seule tâche (Le fordisme est de retour), correspondant en général un besoin éphémère donc non répétitif, tu te colles sur kickstarter avec une vidéo démo de ton seul prototype qui fonctionne sans bug et tu lèves 10 – 20 – 50 – 100 000 € et parfois même sans prototype.

Autant je suis parfois bluffé par certains concepts, autant on y retrouve quand même pas mal de merde et de useless. Et quand je vois l’argent circuler pour des produits qui n’ont pas forcément un grand avenir, ça me fait peur. Qui a dit comme les artistes de My Major Company ?

On retrouve, aujourd’hui, dans le monde des technologies, un nombre incalculable d’amnésiques qui ont oublié la bulle des années 2000 où des milliers de sites de niche se sont effondrés.

Pourquoi ne pas penser que cela fera la même chose avec la technologie de niche et les produits mono-tâches ? Pourquoi des mecs aussi brillant ne se réuniraient pas autour d’une table pour développer des choses plus grandes qui peuvent vraiment changer les usages et les habitudes, parce que finalement un soutien-gorge connecté, ça ne sert pas vraiment à quelque chose ?

Imaginons l’histoire : tu récoltes des sous, tu livres tes early adopters groupies qui t’ont financé, ces dernier joueront avec pendant une semaine avec la release buggé en général, feront des articles, des ovations sur les réseaux sociaux et poseront fièrement sur Instagram avec leur dernière acquisition et puis ton produit finira dans un placard avec tous ses petits copains.

Et moi, de la technologie au placard, ça me gène.

Alors, si tu es une grande marque ou une startup, avant d’investir dans du marketing ou de la communication parce que tu t’es aperçu que finalement tout le monde s’en fout de ton produit et que tu te sens obligé de créer un besoin pour t’en sortir devant tes patron qui s’impatient, essaye d’investir dans la recherche et le développement, d’investir dans l’analyse du besoin. Mets ton argent dans des choses qui feront progresser ta marque et ton produit, mais oublie un peu ton nombril et ton image de marque à vouloir pisser plus loin que ton voisin.

Essaye de te rendre utile, essaye de penser aux impacts de ton produit sur la psychologie de son utilisateur, pense à son bien être, pense à lui. Ne révolutionne pas le monde de la pub, révolutionne ton domaine d’activité. Tu t’en fous un peu des awards de pubards, des millions pour un pourcentage de vente en plus durant la campagne et un trophée de la créativité.

Pense que ton client, ce n’est pas toi. Pense aussi que l’agence qui te conseille, ce n’est pas non plus ton client. Et elle a beau te dire qu’elle connait ton client, si tu vends des voitures de luxe, elle fait aussi des recos pour le papier toilette. Bien sûr, il n’y a pas que des agences ingrates qui ne pensent qu’à elle, il y en a aussi qui font très bien leur boulot.

L’usage et les besoins sont aujourd’hui complètement transformés et évolutifs, les early adopters ne sont pas des cibles marketing mais plutôt des cibles de communication ou des testeurs. Conseil gratuit ! Tu économiseras de l’argent. Car un produit bien pensé, développé pour l’humain, réfléchi, adapté à un vrai besoin, servant à la majorité des individus, n’a plus besoin de spot télé pour être aimé ou adopté.

Ne mets pas du connecté ou de la RFID partout parce que c’est à la mode. Souviens toi du taux de l’utilisation du QR Code. Ce n’est pas parce que c’est nouveau que c’est obligatoire. Réfléchis bien, fais-toi conseiller par de vrais professionnels, qui pensent plus loin que le bout de ton nez et qui ont une bonne prise de recul et parfois un temps d’avance. Car, autant ton produit peut être révolutionnaire, autant il peut être complètement inutile. Pile ou face.

Finalement, si je devais conclure sur une touche positive, parce que je t’aime quand t’innove, je t’aime quand tu fais de la technologie artistique et créative, je t’aime quand tu mets des couleurs dans ma vie, je t’aime quand c’est beau et je t’aime quand c’est utile.

Pensez plus pour dépenser moins
Simple is beautiful

——
Troll & Haterz : Aimez vous les uns, les autres. Cette chronique a été écrite pour provoquer le débat donc si vous avez besoin de vous lâcher allez y 🙂

Vous retrouverez bientôt le podcast de l’émission pour écoutez les chroniques du Dr Web : Stéphane et l’actu web de Fanny Malek

Vincent0

2 Commentaires

  1. autreding

    Le soutien gorge connecté c’est utile pour savoir combien de fois ma copine l’a jeté aux orties dans la journée.

Trackbacks for this post

  1. Le Comptoir Digital vit à l'heure Américaine » Comm' des Mots

Laisser un commentaire