merci_valoche

Merci pour ce moment de marketing Valoche

Je l’avoue, j’ai craqué, j’ai acheté le livre à la mode. « Merci pour ce moment » de Valérie Trierweiller. Maintenant c’est à moi de te remercier, car grâce à toi, j’ai enfin un cas d’école à la Française à proposer à mes étudiants pour mes cours de marketing, je peux enfin dire au revoir à Apple et crier que toi, Valoche, tu as tout compris.

Pour la première fois depuis bien longtemps, j’ai laissé ma casquette de « hater » au placard, peut être que mes vacances approchantes et ne voulant pas dépenser un seul sous dans Closer, je me suis laissé séduire par une lecture légère de 200 pages d’une femme blessée éprouvant le besoin de nettoyer son linge sale en public et qui ne demande pas à mon cerveau de réfléchir énormément. Donc oui j’ai été faible, je l’avoue, j’ai répondu aux sirènes de la mode et du mainstream, c’était ça ou un iPhone 6.

Puis au fur et à mesure de mes balades sur les réseaux, j’apprends avec étonnement que je suis à la limite du sous-homme, que je ne mérite même pas de lire, pire qu’un sans-dent, je suis un sans-cervelle. Une fronde de personnes m’explique qu’acheter ce « torchon » est une honte, que c’est du sous-Musso, que je fais honte à la littérature et qu’à cause de moi Victor Hugo ou Maupassant ont réussi la prouesse de créer le mouvement perpétuel à force de se retourner dans leurs tombes.

Pour mes 3 lecteurs assidus, vous savez que j’aime bien prendre du recul et d’analyser avant de jeter la première pierre. Et là je vous avoue que je ne pige pas la réaction de certaines personnes, ni celle des libraires d’ailleurs. Du coup au lieu de faire une critique littéraire du bouquin, je vais m’essayer à l’exercice simple d’analyser pourquoi au lieu de gueuler, il faut le voir comme une opportunité de comprendre le marché et le monde dans lequel nous évoluons, sans prétention de détenir la vérité bien entendu.

1- Le contexte

Accroche toi scénariste de « Plus Belle La Vie », ça décoiffe. Valérie se fait larguer en direct à la télévision quand elle apprend que François se tape Julie dans son dos. Ouch, Valérie est blessée car profondément amoureuse du pouvoir de François, elle voit un peu tout lui échapper. François est le personnage de la série le moins aimé du public, les réseaux sociaux s’acharnent sur lui, et même certains demandent à ce qu’il sorte de la série. Mais Valérie est patiente et décide de se faire sortir de la série pendant quelques épisodes, le temps de préparer le retour fracassant qu’on aime tant en France dans l’épisode clé de la rentrée.

2- L’objectif

La rentrée littéraire, bah oui la Valoche, elle n’est pas bête, elle va pas sortir son livre en août donc elle attend patiemment septembre pour sortir le livre que tous les Français vont s’arracher parce que finalement on aime à le détester notre François, c’est le running gag du quinquennat. Et tirer sur une ambulance, c’est facile … Être payé pour le faire, c’est encore mieux.

3- La cible

Les 87 % d’opinions défavorables et je suis sur 5 % de curieux des 13 % d’opinions favorables. Cela fait du monde non ?

4- La stratégie de lancement

Pfiou alors là mes amis, le cas d’école de base :

– Chérie, change rien, tu nous fais du Paris Match

Presse People, Ragots, Rumeurs. Malheureusement si une émission comme 50minutes Inside est encore et toujours programmée c’est que les Français regardent. Alors une attaque frontale du président le moins aimé de la 5ème République et toujours en poste. On est en plein dedans.

– Tu lâches LA punchline dans la presse : »Les Sans-Dents »

La phrase est reprise par la presse, les politiques, les réseaux sociaux s’en amusent, les marques la détournent. Du pain béni.

– Tu annonces ta confiance en balançant le nombre de tirages : 200 000.

Le tirage moyen d’une nouveauté en 2012 était de 8671. À titre de comparaison en 2012 selon IPSOS : 50 nuances de Grey Vol.1 s’est vendu à 415 900 exemplaires en France. Le livre le moins vendu de ce même classement s’est écoulé à 153 000 exemplaires en étant paru en novembre 2012. Avec son livre Valoche a vendu 111 000 exemplaires en 4 jours, 14 000 en version numérique, ah bah merde le papier n’est pas mort. En matière de tirage seuls Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy ont fait mieux, dans la catégorie littérature politique, si on peut appeler ça comme ça mais la barrière entre vie politique et vie people est de plus en plus mince. Tu commences à piger ou pas ?

– Tu fais un short reveal

Au lieu d’entretenir le suspense pendant 6 mois, tu annonces la sortie du produit 4 jours avant la sortie officielle et BIM on parle que de toi.

– Ton produit fait le travail tout seul.

Le rêve de tout marketeur, que le produit vive seul en tant qu’outil de communication. Jusqu’à aujourd’hui et après quelques vérifications, Valérie ne s’est pas exprimée directement à la presse pour parler de son livre, on a quelques informations mais rien d’autres.

 » Qu’on parle de moi en bien ou mal, peu importe, l’essentiel c’est qu’on parle de moi  » Léon Zitrone

Et oui « Hater », tu n’as toujours pas compris que le meilleur moyen d’enterrer ce que tu hais c’est de ne pas en parler ? Et je sais de quoi je parle.

Résultat : Ruptures de stock – Livre en top des ventes pour une rentrée littéraire.

5 – La polémique

Le mot le plus utilisé par les médias Français et Christian Jean-Pierre en 2014. Bon forcément Valoche, tu viens de piquer la place de quelqu’un dans le classement de la rentrée littéraire avec un bouquin qui est loin d’être, une ode à la littérature classique, fautes d’orthographes (Premier commentaire du « Hater » sur n’importe quel blog, il corrige tes fautes). Des libraires refusent de distribuer ton livre et pourtant tu es en tête, jalousie quand tu nous tiens. Et des gens trouvent que ton livre est tout simplement une insulte .. Et tu ne leur réponds pas … Du coup, les têtes se gonflent, tout le monde s’auto-encourage de brûler ton livre dans un immense feu de joie … Mais pour le brûler, il faut l’acheter et un livre n’est pas assuré contre le feu, donc non remboursable. Franchement Valoche bien joué.

Conclusion

C’est une analyse rapide de la situation et elle est forcément incomplète, car c’est aussi du ressenti. Je voulais juste profiter du fait que mon blog me laisse la parole pour dire à tous les libraires : si tu n’as pas pris le livre de Valérie en prétextant que c’était une insulte à la littérature, c’est que tu n’as pas envie de faire du commerce donc ouvre une bibliothèque.

Je suis un amoureux des livres, j’en lis énormément et sur tous les sujets. J’ai lu Maupassant et Hugo, c’est beau, c’est bien écrit mais c’est parfois monotone et un peu chiant à lire pour certains, je lis des thrillers ésotériques, des livres sur la psychosociologie, des livres parfois légers, parfois drôle, parfois très prenant intellectuellement. Tout dépend mon état d’esprit.

On se plaint de plus en plus de voir les générations futures s’abrutir devant la télévision, devant des émissions permettant de garder son encéphalogramme plat et aujourd’hui, Valoche offre la possibilité à ces mêmes personnes d’entrer dans une librairie, de sortir la tête de son smartphone et de lire des lignes, certes ce n’est pas dans la grande littérature mais c’est un livre. Un livre putain.

Pour la majorité, ça sera peut-être le seul livre de l’année qu’ils vont acheter, pour d’autres ça donnera peut-être envie de lire autre chose car ils auront redécouvert le plaisir de tourner une page, de voir les images défiler dans leur tête comme si le film se tournait devant leurs yeux. Alors avant de les insulter, laissez leur juste une chance d’apprendre à aimer lire. Cela ne changera pas votre vie.

Vincent6

7 Commentaires

  1. Merci d’avoir dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas mais pour le politiquement correct il était de bon ton de nier!….Pour ma part, je suis aussi fan de Maupassant, Hugo, Zola et également de nos contemporains : Paulo Coelho, Bernard Werber etc..

    Un livre peut être romanesque, historique, épique, policier, dramatique, politique, biographique, de science-fiction ou d’investigation etc… Celui de Valérie Trierveiller peut-être plusieurs genres à la fois mais il n’en demeure pas un « livre » et son contenu vaut autant que son contenant ! Rechigner ou boycotter tel livre plutôt qu’un autre est à mon sens une stratégie démagogique qui consiste à cracher dans la soupe….

    Moi aussi j’ai fait ma curieuse et j’ai voulu voir ce qui énervait autant nos libraires et nos bien-pensants.. Sans être plus indécente que ceux qui viennent éplucher nos comptes et réglementer nos vies à coup d’impôts, d’Hadopi et consorts…j’ai voulu savoir ce que l’on pouvait reprocher à notre chef d’Etat, notre « leader », celui pour qui, pour quoi nous devrions avoir entière confiance.. Je m’attache à ce dicton très simpliste mais absolument vérifiable qui dit que « les gens sont au travail comme dans la vie  » : Bordélique à la maison, bordélique au travail, « menteur à la maison » « Menteur au travail » et aussi capable de trahison à la maison… Idem au travail! Car c’est bien un travail « Président de la République  » c’est comme : « Président Directeur Général »? « n’est-ce pas?? Il doit rendre des comptes? il est payé pour ça??

    Très courageux et « couillu » de la part de son ex-compagne que d’avoir ainsi exposé aux quolibets médiatiques son pas très malin de mari! Il aurait pu s’abstenir de se faire gauler bêtement d’autant qu’avant de se faire choper avec sa maitresse il a eu quelques fuites de son infidélité qu’il avait réussi à nier habilement!

    Tout comme j’ai lu « les Strauss-Kahn » de Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin j’ai pu ainsi découvrir quel homme se cache derrière le politique…Ensuite libre à chacun d’en tirer les conclusions qu’il souhaite après tout c’est nous qui votons ! Ce n’est pas l’habit qui fait le moine mais on a besoin de s’assurer parfois que certains moines portent bien l’habit…..

  2. Merci pour cette belle analyse. Article partagé avec plaisir : http://sco.lt/5j8U1h

Trackbacks for this post

  1. Merci pour ce moment de marketing Valoche | Be ...
  2. Merci pour ce moment de marketing Valoche | Mar...
  3. Merci pour ce moment de marketing Valoche | Suc...

Laisser un commentaire