cestfini

C’est fini, je continue

Je craque, je n’en peux plus, je ne peux plus me taire et pourtant je vais le faire. Nous avons vu l’année dernière une série d’article sur la déconnexion complète des réseaux. Une absence remarquée, pour certains, et passée inaperçu pour d’autres. Je ne vais pas me déconnecter, je vais vivre une vie digitale différente. Et je profite donc de cet article pour faire le point sur ma vie numérique, une sorte de « psydigitanalyse ».

C’est fini

Pour ceux qui me connaissent ou me suivent, vous vous êtes aperçu que je ne peux m’empêcher de donner mon avis, quitte à rentrer des débats stériles, où l’insouciance de la connaissance prend le dessus sur la conscience de la raison. J’aime débattre, j’aime qu’on se pose les bonnes questions, j’aime faire poser les bonnes questions… C’est plus fort que moi, dès que je vois une absurdité ou une discussion qui me gêne, je dois intervenir. Le complexe du Super-Héro ou de Zorro, appelez-le comme vous voulez, à chaque fois que j’interviens dans une conversation, c’est dans un simple but de discuter pour soit être convaincu du contraire de ce que je pense, ou tout simplement apporter ma pierre à l’édifice. Je me suis toujours dit qu’il fallait plusieurs pierres de tailles différentes pour faire une Cathédrale, alors pourquoi pas plusieurs arguments ?

Alors je rentre dans la conversation, et comme dans toutes les conversations sur les réseaux sociaux d’aujourd’hui, il y a toujours quelqu’un qui a quelque chose à dire. Et quand on traine sa carcasse sur des réseaux de Community Manager, Communicants, Marketers, Graphistes, Développeurs, ils ont encore plus de choses à dire puisque contrairement aux mathématiques ou à la physique quantique, dans tous ces domaines, il n’y a aucune loi irréfutable : il y aura toujours une meilleure idée, une meilleure façon de voir les choses, une meilleure technique graphique, une meilleure technologie. Les discussions s’arrêtent quand les belligérants se couchent et, comme la nuit porte conseil, il se peut que cela recommence le matin même.

Infinie perte de temps. C’est épuisant

Le 2ème point important dans ces discutions stériles, c’est l’humain en lui-même et son égo. Combien de fois ai-je entendu « C’est mon expérience qui parle, 20 ans dans le <catégorie métier> ça ne s’oublie pas.» Cette incroyable impertinence de mettre en avant dans une discussion son expérience pour prouver sa légitimité à parler d’un sujet. Pour votre information : 20 ans d’expérience c’est vrai c’est beaucoup, mais rien ne nous dit si votre expérience était bonne ou mauvaise. Et là je ne parle que d’expérience, je ne parle pas de certaines discussions où j’ai pris mon âge en pleine tête pour finir par comprendre que je pouvais aller me coucher.

L’âge, ce symbole de puissance pour les experts «auto-proclamés». Une sorte de passe-partout permettant d’afficher allègrement son incompétence chronique à ne pas comprendre les forces et faiblesses de sa propre génération et de la jeune génération.

Je suis jeune mais pas incompétent et tu es vieux et pas bon à jeter, tu ne penses pas que l’on peut faire quelque chose de mieux que de se pinailler sur le pourquoi du comment c’était mieux avant ?

Nous sommes aujourd’hui en 2013 et il y a encore des débats sur comment réinventer la roue ? Pourquoi est-ce utile d’avoir un Community Manager ? Comment avoir plus de followers sur Twitter ?

Pourquoi avons-nous encore besoin d’en parler ? Entre personnes du métier ? Les discussions tournent en rond et je n’ai plus de temps à perdre. C’est pour cela que je continue

 

Je continue

Précédemment vous avez pu lire que j’en voulais un peu aux personnes étalant leur âge et leurs expériences comme on étale du Saint-Hubert sur une biscotte. Mais heureusement il n’y a pas que des tartineurs sur les réseaux. Il y a aussi des gens formidables avec un vrai sens du communautaire, tournés vers les autres, prêts à aider à tout moment sans rien demander en retour.

Les discussions avec ces personnes-là sont riches d’enseignements, elles t’aident à penser différemment. Ils se servent de leur expérience et de leur âge comme catalyseur d’énergie. Ils ne parlent plus pour parler, ni pour se sentir exister aux yeux de tous. Ils ne parlent que quand c’est nécessaire, leur intervention est toujours pertinente et parfois ils interviennent en privé, dans l’ombre et ils ont raison, ils se préservent.

Participer sur les réseaux sociaux, s’intéresser et écrire des commentaires ou des tweets c’est un travail à temps plein, à force de discussion on en fini par oublier l’heure qu’il est.

Prendre du recul c’est primordial pour avoir une meilleure vision de cette sphère et de vos sphères, cela fait déjà quelques jours que j’ai cessé de répondre à tout va, à tout ce qu’il me passait sous l’œil droit. Je me sens mieux même parfois je risque de me faire un ulcère, je résiste, je patiente et j’observe pour ne pas user ma voix.

 

J’ai pris mes vraies résolutions au mois de février :

–  Ne plus rentrer dans une conversation alors que je sais qu’elle sera stérile dès le départ.

–  Faire des After Works, faire des conférences pour rencontrer les acteurs du milieu. Sur Internet on a toujours tendance à se faire une mauvaise image des autres.

–  Ne plus discuter mais agir et donner plus d’importance à mes projets et à ceux qui en ont vraiment besoin.

 

Pour conclure :

Cette réflexion m’est venu après un énième débat sur le rôle du Community Manager en entreprise, un débat qui a lieu tous les jours ou presque. Cette discussion tourne toujours autour du même sujet autour des mêmes arguments, tout simplement car ce sont toujours les mêmes personnes qui participent. Ce sujet tourne en rond.

Alors un conseil : si vous êtes en ville lorsque vous lisez votre article, relevez la tête, regardez autour de vous ou par la fenêtre et regardez les passants, les gens dans le métro. Si dans le tas il y a un Community Manager (sauf dans votre bureau) c’est que vous avez de la chance. Le monde du Community Management est tout petit alors n’en faites pas une montagne.

Vincent7

5 Commentaires

  1. Ah ah ah merci excellent billet, analyse bien sentie et conclue sur un joli pied de nez qui m’a fait rire. Quelques précisions hautement indispensables toutefois…
    1) Non seulement il faut plusieurs pierres de tailles différentes pour faire une cathédrale, mais il faut plusieurs ingrédients pour faire un gâteau et plusieurs enfants pour constituer une fratrie. C’est dit. :p
    2) « Le rôle du CM en entreprise » ? Il est des marronniers sur le net comme dans la presse écrite. Après s’être longtemps demandé s’il fallait – ou non – internaliser le CM, il arrive qu’on se pose encore cette autre épineuse question « Les entreprises doivent-elles aller sur les réseaux sociaux ? ».
    3) Une autre catégorie (non mentionnée) existe : les jeunes morveux incompétents (qui deviendront de vieux cons) et les collaborateurs expérimentés malgré leur âge avancé.

    Voilà, tout ça ne fait pas avancer le schmilblick, c’était juste un p’tit commentaire stérile (et bienveillant) 😉

  2. Hello Vincent, connais-tu la célèbre maxime « aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années » ? Ces quelques mots pour répondre à ton paragraphe sur la jeunesse et les gens d’expérience !
    Et pour poursuivre sur le fond de ton article, il est parfois bon de ne plus s’exprimer et de prendre le temps d’observer. D’écouter… Comme tu l’écris si bien, c’est fini mais il y a tant de chemins à prendre pour continuer autrement…

  3. Lolow

    J’aime le passage sur « l’expérience » qui me rappelle une anecdote : Un jour quand je bossait pour Carrouf, j’entends le chef de secteur sermonner quelqu’un au téléphone. Il s’agissait d’un responsable rayon qui expliquait que ce qu’on lui avait demandé de faire n’allait pas marcher. Ce à quoi le chef de secteur répond : « Comment tu sais que ça ne marchera pas ? » L’autre : « Par expérience je le sais ». Réponse du chef de secteur : « Alors par expérience tu sais que ça ne marchera pas, mais si ton expérience était aussi utile, t’aurais déjà trouver une solution au lieu de me faire chier depuis 10 minutes… » Hilarité masquée dans l’open-space…Bref, l’expérience donne en effet des idées, des façons d’interpréter les choses, mais rien n’est figée et il n’existe pas d’expérience unique !

    Bon courage ma poule !

  4. Fred

    Excellent billet ! Vraiment ! Quelle description parfaite de ce que l’on trouve sur les forums ! Et avec humour en +. Bravo 🙂

  5. Laurent Bour

    Salut Vincent, c’est le gars qui ne se souvenait plus de toi !

    Blague à part ! Je lis tardivement ton article mais qu’est-ce que c’est bon ! Même si j’ai pu m’identifier un moment dans le mauvais rôle, je peux sans honte m’identifier dans une réalité quant à l’expérience servant de base pour un vrai partage, et un réel échange de valeurs pour faire avancer les choses, un projet, une idée, une aide envers autrui. L’expérience ne fait pas de nous des gens meilleurs que les autres, elle devait au contraire nous offrir l’humilité de pouvoir la partager, pour faire avancer n’importe quoi vers l’avant.

    J’ai pu prendre connaissance de cet article, en ayant posé une pierre à un débat sans fin sur le forum FB MyCM (le lien de cet article y était glissé). Ça partait d’un bon pied, mais le monde du CM comme tout autre à ses âmes sensibles ! et en cela je dis qu’il faut savoir préserver sa part de responsabilité dans de tels engagements. Personne n’est mieux que personne, et personne demande à personne s’il a besoin de personne… et personne est bel et bien une personne au milieu d’autres personnes. Ainsi donc personne n’existe !… sans l’aide d’autres personnes. Tout est une histoire d’ego !

    Moi-même je tente de me placer en un humble personnage qui préfère la face sombre et décalée du CM. J’aime ce qui est différent, ce qui est fou aux yeux des sages, et si demain le CM devient la star montante du business dans son environnement, eh bien je lui dirais « bonne chance » car si tu ne cherches pas d’abord à faire ton travail avant d’être une star, tu ne sauras jamais que la star est celle qui travaille dans l’ombre de la personne qui a tout compris.

    Si Justin Timberlake te prends demain comme CM, alors tu seras une star de l’ombre mais néanmoins une star ! Si tu es Justin, alors tu n’as rien d’un CM. Be yourself !

    Excellent article !

    Au plaisir

Laisser un commentaire